• DU RIFIFI AU MONTAIGUET

    Alors que l'urbanisme bouleverse au quotidien le paysage, les contours de la cité aixoise, certains quartiers semblent promis à un someil profond. Bien souvent, ce type de projection au long fleuve tranquille siés bien aux habitants. Le Montaiguet avec ses chemins étroits, ses pinèdes gelées et ses dizaines de sentiers semblait imperméable à la pression foncière comme protégé par ses pentes, son arridité.

    Intérieur d'un cabanon isolé

    Pourtant depuis quelques mois des promoteurs sont à pied d'oeuvre pour tenter d'investir l'ilot de verdure. Déjà le lotissements de villa situé derrière le CREPS le long de la voie ferré - Chemin de la Guiramande - à fait office de cheval de Troix, rescucité de vielles voies d'acccès promises à un trafic soutenu. A la suite, c'est tout le bas du Montaiguet compris entre les rives de l'Arc et la voie ferrée qui est envisagé comme une zone à urbanisé. Dans ce Dessin, le Chemin du Viaduc qui relie le quartier du Pont de l'Arc jusqu'au viaduc ferroviaire, a été retenu comme la colonne vertébrale du nouvel ensemble. Il ne s'agit pas ici de commetre un lotissement mais d'asservir la zone à l'institution universitaire.

    Inscriptions en latin sur une cabane isolée

    Le vieux silo abandonné marque le début de la maquette, celui-ci à d'ailleur déjà été racheté à ses propriétaire par voie d'expropriation et serait conservé sur les plans en sa qualité de monument exeptionnel. Du reste le vénérable vaisseau de pierre est par ses dimensions quasi indéstructible et fort de ses multiples vies. Au début du siècle dernier, le bâtiment comportait une annexe et était destiné à la fabrication de vin et de marc de Provence sur la base du raisin apporté par les riverains dont les terres à l'époque étaient principallement plantées de vignes. Par la suite, le mastodompe fut un temps utilisé comme "show room" par un cabinet d'architecte pour finir comme l'un des squates historiques d'Aix-en-Provence.

    Non loin du Silo, une vaste propriété la P... a également été cédée à grand prix et par voie d'expropriation au consortium en charge de ce vaste plan d'amménagement. Le but des opérations est de réunir un maximum de foncier pour réaliser une extension de l'offre universitaire par de là l'autoroute, par de l'Arc. Déjà habitués à l'intense activité du CREPS, les riverains semblent accepter ce nouveau venu à tous le moins si ce dernier est emputé de l'un de ses membres : un pont sur la rivière. En effet, les plans du projet inclus la construction d'un pont sur l'Arc depuis les abords du Silo jusqu'aux arrières de l'Avenue Gaston Berger.

    - - -

    Déconfite, une ancienne du quartier anticipe l'élargissement inéluctable de la chaussée : cette impasse dans les années 1950 n'était encore qu'un sentier où quelques séminaristes passaient visitant une communauté de Frères édifiées dans les bois - à l'heure actuelle à l'état de ruine. Parfois, en des temps encore plus anciens, le Docteur Belon se hatait sur le chemin pour rejoindre le sorcier du Chicalon, pour apprendre encore plus de magie là-bas dans la grotte du chamane, face au trone de la Reine Jeanne.

    Déjà obsolète, les histoires d'hier se fondent dans le vert des collines dans le romantisme aïgu du coin que l'on trouve. Plus forte, la beauté organisée gagne du terrain jusqu'à urbanisé les voies d'accès aux rêveries de promenades désenchantées. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :