• A la porte d'une grande propriété qui fut agricole, une relique du temps des champs est fort  jolie. Il s'agit d'un abris pour une pompe sans doute servie à un forage. Voyez plutôt comment l'élément hydraulique  est bien lotie. Jadis lieu de rendez-vous pour les quelques habitants du quartiers, certains ont laissé leur traces : quelques graffitis griffonnés.

    Dépendance agricole au kiosque

    Dépendance agricole au kiosque

    Dépendance agricole au kiosque

    Dépendance agricole au kiosque

    Dépendance agricole au kiosque

    Dépendance agricole au kiosque

    Dépendance agricole au kiosque

    Dépendance agricole au kiosque

    Dépendance agricole au kiosque

    Dépendance agricole au kiosque

    Dépendance agricole au kiosque

    Dépendance agricole au kiosque

    Dépendance agricole au kiosque

    Dépendance agricole au kiosque

    Dépendance agricole au kiosque

    Dépendance agricole au kiosque

    Dépendance agricole au kiosque


    votre commentaire
  • Toisant l'automobiliste en haut de sa colline, cette bergerie ruinée : une intrigante. Longeant les champs ponctué ça et à de gravats mises en tas, la bergerie s'offre sur un petit plateau. Quelques rares canettes de bières laisse poindre de rares habitués. En contre-bas, dans un vallon aveugle, un troupeau, des vaches paissent paisiblement.

    Bergerie ruinée et vaches pensantes

    Bergerie ruinée et vaches pensantes

    Bergerie ruinée et vaches pensantes

    Bergerie ruinée et vaches pensantes

    Bergerie ruinée et vaches pensantes

    Bergerie ruinée et vaches pensantes

    Bergerie ruinée et vaches pensantes

    Bergerie ruinée et vaches pensantes

    Bergerie ruinée et vaches pensantes

    Bergerie ruinée et vaches pensantes


    votre commentaire
  • Sur une hauteur de Meyreuil, au bord d'une petite route, un frigo a été aménagé en bibliothèque libre.

    Initiative dans les hauteur : Le frigo-bibliothèque

    Initiative dans les hauteur : Le frigo-bibliothèque

    Initiative dans les hauteur : Le frigo-bibliothèque


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Si chacun se mobilise et que d'autres tiennent promesse peut être jouirons nous bientôt du revenu universel. Dans un premier temps il est nécessaire de rappeler l'importance du qualificatif universel qui fait toute la force du dispositif.

    Par là il s'agirait de distribuer à toutes les personnes majeurs et sans limitation de ressource, une somme évaluée à environ 700 euros par mois. De la sorte la plupart des prestations sociales comme le RSA seraient remplacées par cette somme à l'exception des allocations familiales ou encore des revenus liés aux allocations chômages.

    Ce système permet de marquer de façon notable l'écart de salaire entre personnes actives et inactives. Pour la première catégorie, le niveau de vie est immédiatement relevé mais conduit aussi à devenir redevable du point de vu de l'impôt - le bénéfice reste important. Pour les personnes inactives, il s'agit de garantir le revenu et ainsi d'alléger les procédures d'accès à ce capital. En somme, ceux qui seraient "volontaires" pour demeurer inactifs le pourraient tandis que les "non volontaires" seraient aidés pour un retour vers l'emploi. Les travailleurs précaires effectuant très peu d'heure seraient concerné dès la première heure travaillée.

    Si le financement de cette mesure nécessite des moyens colossaux, une partie de la somme investie serait récupérée par l'Etat via le pouvoir d'achat - par la TVA - et via le Trésor public par l'impôt sur le revenu. Le solde doit permettre d'induire une dynamique considérable notamment en terme de mobilité sociale et de création d'entreprises et bien entendu de baisse sensible du chômage.

    Il est remarquable de noter le transfert depuis la cagnotte du SMIC jusqu'aux fonds destinés au revenu universel. De la sorte, l'Etat induit une forme d'aide hybride toute à la fois bénéfique pour l'employé et pour l'employeur. Il est fort probable que ce système serait assorti à la réduction voir à la suppression des aides directement versées aux entreprises sous la forme d'exonération.

     

    Les enfants aussi pour des parents libérés et entreprenants

     

    Une autre piste très intéressante doit à mon avis être proposée pour compléter utilement le dispositif. Il s'agirait d'étendre pour tous les enfants le revenu universel. Dès la naissance d'un enfant français, la somme mensuel correspondante au revenu universel, serait virée sur un compte disponible au seul 18 ans de l'enfant. Ainsi, l'Etat pourrait "épargner durant 18 ans ces sommes en en conservant les intérêts. Cette mesure viserait à miser sur la jeunesse et à prévoir pour elle de quoi s'établir, entreprendre dès la majorité acquise.

    En plus de concrétiser une certaine égalité des chances, le revenu universel dès la naissance devrait stimuler la courbe de natalité et par là entrainer toujours plus d'épargne à terme de 18 ans. D'une certaine façon, la somme engagée au départ est par la suite toujours la même dans la mesure où les naissances sont en augmentation.

    Osons être heureux


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique