•  
     
                 
                
     
                                                                                                Bastetti                      Guitton
     
    yuuiop
     
                              Palette       Pellegrine                                     L'Angesse      La Bouscatière
     

    votre commentaire
  • Alors que le quartier du Club Hyppique/Valcros situé au sud d'Aix-en-Provence n'en finit pas de s'urbaniser, un nouveau venu risque de consacrer, auprès du plus grand nombre, cette réalisation. Jadis la "petite Route des Milles" relevait plus d'un chemin courant le long de la voie ferrée jusqu'au Milles que d'un emplacement stratégique. En coulisse pourtant, certain ont misé dès les premiers jours sur l'emmergence d'une zone d'activité depuis l'Avenue du Club Hyppique jusqu'au Four d'Eyglun en passant par l'Impasse des Piboul. Comme le magasin Hermès attendu prochainement en centre-ville aixois en lieu et place de la Brasserie de la Madeleine NLDR "la Mado", les nouveaux acteurs des quartiers emmergeants, cultivent, préparent leurs ambitions dans la plus grande discrétion.

    ll 030

     

    Avenue du Club Hypique, les restes de la concession automobile Citroën, transférée à quelques centaines de mètres, évoquent pour l'heure le vaste d'un terrain vague débarassé de tous bâtiments. Depuis cette friche urbaine, un centre commercial Leclerc devrait être édifié certainement sur les normes d'une taille moyenne à l'image du magasin réalisé recemment par la grande enseigne sur la commune de Meyrargue. De l'autre côté de l'autoroute, NexCity poursuit l'achèvement d'un très imposant complexe de bureaux tandis qu'en retrait dans les restes du Domaine de Fayat, Errilia patiente sûre de la valeur de sa propriété fraichement acquise.

    A n'en point douter, ce quartier déjà envisagé comme celui de Valcros, devrait connaître un dévelopement proche de celui observé autour du California, Communauté d'Agglomération et Nativité. Pour autant, la saturation du trafic, son augmentation attendue force à envisager un aménagement conséquent de la voirie : certains proposent déjà de couvrir l'autoroute, tandis que d'autres rêvent au terrain tout proche laissé vacant par le départ de la communauté rom.

    ll 054

    votre commentaire
  • A l'heure où la France va mal quand-est-il des solutions innovantes. Là où les pavés ont été arrachés, la terre serait-elle plus fraîche ? A n'en point douter, la société ne saurait être heureuse dans la perpétuation du cycle en cours. Sans rejouer les scènes révolutionnaires, certains changements réels peuvent être prescrits à l'Etat souffrant.

    A la volée, quelques idées intégrables à un corpus qui viserait à affranchir la société des incompréhensions et autres situations devenues grotesques au fil des générations.

    - A propos de l'Education nationale en manque cruel de ressources humaines, nous pourrions mettre en place une obligation de service au sein des institutions scolaires pour l'ensemble des étudiants. Par-là, les futurs diplômés qui peuvent, pour le moment, bénéficier du faible coût des études en France pourraient contribuer à l'effort. Du reste, ces effectifs n'auraient pas pour fonction le remplacement des enseignants mais bien de coacher un à un les écoliers, les collégiens et lycéens, d'induire un très utile lien entre les générations.

    - A propos du phénomène de chômage. Dans un premier temps, nous devons admettre un manque de travail, reconnaître la position "utilitaire" des chômeurs. De fait, au-delà des contraintes, existent un certain nombre de postes non pourvus pour les métiers à la réputation ingrate. Souvent justifiée, cette pénibilité ou la rémunération au SMIG n'attirent pas. Afin de revaloriser toutes ces tâches nous pourrions prévoir une pèriode légale de deux mois de congés payés pour tous les salariés concernés. Ce geste, à la charge de l'Etat et de Pôle emplois, qui parait énorme pourrait pourtant résorber les fossés dans la division sociale du travail, rationnaliser les usages des indemnités de chômage.

    - A propos du déclin de l'industrie. La production d'appareils en France, notamment électronique, apparaît comme un exercice compliqué compte tenue de la faiblesse des marchés, du coût de la main d'œuvre française vis à vis d'autres nations. Face à cette impasse, nous pourrions introduire une touche de communisme. Il s'agirait de produire en série très importante certains produits parmi les plus courants. Prenons l'exemple des téléviseurs. L'Etat produirait dans de grands centres de production trois types de téléviseurs dont le prix serait égal sur tout le territoire. Dans le même temps, les équipements télévisuels importés seraient taxés. Dans cette opération, le but est de faire jouer la solidarité nationale en mobilisant le peuple en tant que client de l'Etat pour la production d'un bien. Cette option serait mise en place sur une quantité très petite d'articles et somme toute, serait comparable au privilège acquis par la Française des jeux en terme de jeux de hasard.


    votre commentaire
  • Dans la DDE des années 90', l'Art de la régulation atteint son apogé. Au-delà des dispositifs routiers, des panneaux équipés de diodes, les cadres maison oeuvrent à sortir de la chaussée. Par là, quelques uns ont décidé d'épurer le langage en usage entre collègues. Au travers d'une note de service : découverte d'une proposition originale pour tarir le flot, apparement incessant, des mots orduriers utilisés dans le cadre du travail des agents oranges.

    004

    votre commentaire
  • Des frustrations institutionnalisées

    Dans la masse sociale en ébullition, des voix s'élèvent pour crier leur frustration. Loin d'être arrivé à une position admise comme convenable, la "France d'en bas" voit en sus sa condition révélée à tous. Si jadis le bonheur d'une vie d'honnête travailleur était vendu comme romantique à tous le moins exemplaire, les nouveaux stéréotypes renvois vers une réalité beaucoup plus triste.

    Entre actif médiatique et Comédie humaine, les supports d'informations transpirent jusque dans les conversations de la terrible vérité. Ainsi, au cours des repas, dans les familles, les plaintifs voit consacrer leurs parcours tandis que les obstinés rasés de prêt matin après matin dévissent. La population fuit, suit ou courre plus loin posée devant ce miroir. Certains sont exposés à titre d'échantillon : leur vie de beauf résumée en épisodes dans une sorte d'émission consacrée.

    Plus loin, des votes massifs vers des parties aux solutions aussi extrêmes qu'inadaptées dans un contexte en état de décomposition permanente. Par-là, certaines des variétés les plus abouties de la frustration sont évacuées. A dire vrai, le Front national repose sur ce processus de transfert. Il s'agit pour les sommes d'individus tenus en dehors de l'élite de mutualiser les ressentiments pour dans un second temps procéder à leur justification.

     

    L'usine à faire du racisme

     

    Le système de mise en classe des sociétés tend à induire ce phénomène avec plus ou moins de force de telle façon que ce dernier s'accélère lorsque les écarts entre les premiers et les derniers des membres d'une population deviennent trop important ou encore trop visibles. La mise en abime de la réussite au travers d'une actualité poursuivit par la fiction semble être l'un des facteurs qui poussent de plus en plus d'individus à s'interroger sur leur position vis à vis de leurs semblables.

    Sans réponse ferme, la culpabilité s'impose vite comme une solution dans le cadre d'une réflexion des plus rationnels. Or nombreux sont ceux qui transgressent cette simple équation pour transférer à d'autres la responsabilité de leurs parcours, la qualité de sa représentation dans la société. En marge de ces actions, la production de racisme tourne à plein régime. Dans ce paradigme l'étranger à la communauté est la source des malheurs d'une part de sa contingence. Les adhérents à ce schéma usent alors du vote d'extrême droite pour exprimer leur pensée.

    A ce point il s'agit de proposer l'offre du Front national comme une aubaine pour certains et comme une alternative pour d'autres qui n'avaient pas pût définir par eux même de responsables à leurs maux. En tous cas, qu'ils soient producteurs ou demandeurs de solutions basées sur le rejet de tiers personnes, les cohortes de sympathisants cherchent en réalité à fuir une triste réalité : la représentation de leur position sur l'échiquier social.

     

    Coller la photo de vos enfants ici

     

    Loin d'être une bonne option, la production de racisme est aussi dangereuse qu'inefficace même à poursuivre les projets de chacune des personnes qui y contribue. Pire pour ces derniers, si les individus assimilés comme "étranger" n'étaient plus présents sur notre territoire, les plaintifs tout autant que les obstinés seraient immédiatement affectés aux calendes de la société assumant à leur tour pour le reste de la population la fonction de Léviathan social.

    Dans l'ornière, l'économie et à travers cette dernière, les hommes usent et abusent de moyens voir d'astuces pour justifier de leurs sorts. Dans ces conditions, une somme d'efforts est fournie à pure perte puis absorbée dans une sorte d'enchevêtrement aux traits des plus administratifs.

    La fin de l'industrie en France est devenue un des éléments composite incontournable pour qui doit justifier de la décadence infernale de l'économie française. Reste le phare de l'innovation tantôt mirage tentôt iceberg.

     

    Comment lire un blue ray avec un magnétoscope

     

    Sur ce point, les états encore notés comme développés doivent compter sur une concurrence franche et abrupte des autres nations. Par-là que de naïveté que d'avoir cru pouvoir conserver sur un temps long le monopole de la qualité, de la créativité. Dans cette vision tronquée, la production apparaissait comme l'élément faible du dispositif tandis que la recherche était survalorisée.

    A ce moment de la compétition, les plus pertinentes des innovations sont rapidement dépassées pour d'autres programmes de recherches. Comme le DVD fut éphémère, le blue ray devrait rester à l'état de comète vis à vis d'inventions comme l'ampoule électrique qui sont restés d'usage pendant des dizaines parfois des centaines d'années.

    Dans cette fourmilière, les voies de la réussite d'un état de facto évalué par la santé de son économie semblent pour le moins impénétrables. La piste la plus probable semble correspondre au poids du genre humain, à la volonté des êtres de lutter pour parvenir au-delà de leurs conditions.

     

    La révolution de chaire et de fer

     

    Comme à la première heure de la Révolution industrielle, les entrepreneurs apparaissent comme les potentiels sauveurs, ceux qui demains sauront convertir le ressentiment des uns et des autres en force de travail.

    Dans ce dessein de reconquête, ces nouveaux patrons devront porter des valeurs qui jusqu'à présent n'ont été véhiculées que part le Droit, transmises depuis les faits sociaux jusqu’aux élites puis enfin redistillées çà et là en textes de lois.

    Si à travers l'engagement social, le tissu syndical, associatif parfois le management, tout reste possible de façon sporadique, le pays demeure en souffrance de dynamisme. Les restes du communisme mais surtout l'essor du protestantisme en Allemagne reste l'un des principaux ressorts de sa réussite actuelle.

     

    Luther et Allah comme vecteur de réussite

     

    Là où dieu est partout, les ouailles peine à la tâche. Loin d’être comparable, les prêches télévisuels n'ont pas ces même propriétés mais restes de façon indissible comme une somme de références inefficaces à faire prospérer une nation. Là où les Allemand bénéficient des traces du protestantisme implanté de façon incrémentale, les français conservent sous forme de relique les traces d'une chrétienté à la Borgia.

    La force de la religion protestante semble avoir été conservée bien au-delà des périodes d'apogé. A la façon de particules radioactives, les valeurs des prédicateurs ont durablement induit une logique, une somme de références placées en marge du contexte actuel. Si la France ne possède pas ce type de pare-feu, la soif de reconnaissance, l'envie d'évoluer socialement est à la marge guidée par des préceptes religieux. Dans ce cadre, le plaintif comme l'obstiné transferts leurs culpabilités vers dieu ce qui apparaît comme une entreprise plus risquée qu'un simple déport vers les populations assimilées comme étrangères.

    Le dynamisme avéré notamment aux travers de commerces, de nombreux membre de la communauté musulmane semble être la forme la plus présente du tandem religion innovation en France. Bien mal avisés les "racistes" poussent au dehors ceux qui demain pourraient être à l'origine de l'activité.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique