• L'ENSOLEILLE : LES RESTES , AIX

    Un vieux plan de 1930 l'atteste, l'Ensoleillé était bien il y a quelques décennies une imposante propriété hôtelière. A l'écart de la ville, le complexe devait à ses grandes heures accueillir les visiteurs aidés à garer leurs précieuses automobiles dans le vaste garage. Bien que proche de la voie ferré qui relie Aix-en-Provence au village des Milles, ces premiers vacanciers ne se plaignaient pas, jappant dans une piscine aux dimensions impressionnantes.

    photo 127-web
     
     
     

    Tandis qu'Aix se construit à l'Ensoleillé, une clientèle plutôt âgée prend du bon temps, certains peignent depuis l'esplanade fleurie les courbes de la Sainte-Victoire. En coulisse, les femmes de chambre, les valets s'activent pour fournir à la clientèle tout le luxe disponible. Ainsi, dans la thématique thermalisme chère à la cité aixoise, l'Ensoleillée cultive l'Art du bien-être.

    Bien à propos, les flacons vides de leurs remèdes, les pots de crème s’accumulent derrière, du côté de la voie ferrée. C'est là qu'Edmond vient jeter les déchets qui ne peuvent fournir d'utile ressources pour le potager de la maison. Dans ce tertre, les boites de laits concentré et autre bocaux traduisent une cuisine à la hauteur de l'établissement. Omis quelques apports de ci de là, la plupart des mets sont confectionné au moyen de ressources locales.

    Tandis que les coquelets sont engloutis, la ville croit au dehors. Bientôt, c'est en autoroute que les Aixois descendent à Marseille. Fort mal lotie, l'Ensoleillée est à présent à proximité de la voie de circulation. Dans ce cadre hyper-urbain, le bucolique ferroviaire, les espoirs de bien-être s'envolent. La propriété est peu à peu démantelée. Les bâtiments sont détruits, seul demeurent les éléments inclus dans le sol ou les végétaux à présent devenus arbres qui abonde.

    Le Chemin de la Vierge Noire de campagne à présent devenu Impasse des Pibouls au bord de l'autoroute offre un nouveau contexte. Bien vite, ces ruines, ces jardins se transforment en une friche urbaine. Des quelques canettes bues au premier niveau jusqu'au squatte géant de la piscine, rien n’a manqué pour développer un tel environnement. Comme sorti de sa bulle, l'Ensoleillée vit au présent, en témoigne le campement de gens du voyage installé un temps sur le site.

    Ingrat, le site a perdu de sa splendeur en terme de prestations. Tandis que les automobiles sont stockées sur une plate-bande boueuse, les besoins se font là-bas, vers le tas d'Edmond. Sans eau ni électricité, les conditions de vie sont des plus spartiates. A l'affut, les plus fins limiers ont déjà compris tout l'intérêt de cette vaste parcelle. En effet, le mirage de la friche urbaine amène presque toujours à un renouveau. En l'espèce, l'Impasse des Pibouls et plus largement le nouveau quartier de "Valcros" est redessiné.

    photo 159-web 

     

    Demain, l'Impasse des Piboul cessera d'être et à nouveau le Chemin de la Vierge Noire descendra vers Aix. Là où les clients de l'ensoleillé auraient vue des champs, les occupant(e)s des bureaux ... retiendront leurs souffles : la Fondation Vasarely est juste là. 

     

    photo 149-web
    photo 150-web
    photo 151-web
    photo 152-web
    photo 153-web
    photo 154-web
    photo 155-web
    photo 160-web
     

     

    photo 161-web
    photo 162-web
    photo 164-web
    photo 168-web
    photo 169-web
    photo 170-web
    photo 172-web
    photo 173-web
    photo 174-web
    photo 175-web
    photo 177-web
    photo 178-web
    photo 179-web
     
    photo 187-web
     
    photo 180-web
     
    photo 181-web
     
    photo 182-web
     
    photo 183-web
     
    photo 184-web
     
    photo 185-web
     
    photo 186-web
     
    photo 189-web
     
    photo 190-web
     
    photo 191-web
     
    photo 192-web
    photo 145-web
    photo 148-web

     

     photo 167-web 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :