• LES EHPAD COMME NOUVEAU QUARTIER D'AIX

    Comme une ceinture, pousse autour d'Aix-en-Provence un habitat d'un nouveau type. Aux lotissements pavillonaires, aux bastide cossues succèdent de grands ensembles immobiliers. Si ces derniers sont par leurs proportions, par la masse de population acceuillies de lointains cousins des cités, il en va tout autrement quant à leur fonction, quant aux conditions de vie proposées.

    (e)tablissement

    Que leurs noms soit une plante, issue de contractions provençales ou encore un prénom, les maisons de retraite s'imposent comme un des nouveaux aspect de l'environnement urbain. A n'en point douter, cette offre de logements spécifiques entraîne le démentêlement de l'habitat occupé jadis par les anciens en centre-ville. Comme un accélérant au processus de transmission traditionnelle, les EHPAD caractérisent un nouvel espace, une nouvelle étape dans la vie des individus induite par l'accroissement de l'espérance de vie comme par les nouveaux paradigmes en vigueur au sein des familles.

    (h)ébergement

    D'un style plus clinquant que leurs ainés, ces nouvelles arches de Noé non pour la plupart plus rien de municipale. Comme une sous traitance de faites, les ensembles privée se substitue peu à peu au réseau d'acceuil publique, de proximité. L'offre d'hospitalité religieuse portés aux personnes âgées se sécularise égallement là où les hospices deviennent un contexte de fin de vie stylisé. Si certains villages conservent un service après-vente pour leurs anciens, l'avenir est à la privatisation de ce qui devient au-delà d'une mission, une série de prestations.

    (p)ersonnes

    Avide de surface à bâtir, les groupes à la manoeuvre investissent en masse en périphérie de la Belle endormie. Enclanchée depuis une dizaine d'années, cette course à la construction semble connaître actuellement son apogé. Ainsi, des quartiers entiers sont spécialisé dans l'habitat du troisième âge à l'image du secteur de la Route du Tholonet près d'Aix-en-Provence où les mur renfermant chaque établissements sont posées à quelques centaine de mètres les uns des autres.

    (a)gées

    Souvent ocre ou orangée, ces constructions néo classiques évoquent l'intention de méler hôtel et résidence pour vieux. A l'interieur, le calme d'un environnement de vie reproduit, une sorte de dinette géante. Bien à l'abris, les résidants peuvent compter sur l'appuie de riverains qui sont tous de gentil employés.

    (d)épendantes

    Dans ces résidences périphériques, les sorties sont à envisager avec beaucoup de recul. Lorsque la viellesse devient une etrangeté, la société s'en prerserve avec cet sorte d'équipement. Comme un dimanche au sortir du repas, les habitudes se perdent dans la nuit des temps au sein de chaque structure où les couloirs sont comme des rues, les massifs de fleurs comme des boulevards.

    Bien lisses, les gazons restes un espace reservé ou parfois le chien d'un visiteurs se risque. Pour ces derniers, le protocole est de rigueur, l'avenir leur imposera peut être le port d'un badge force de légitimité. Au coin des trois glailleuls, le soin du détail est parfait et comme dans une brochure, René est poussé sous la majestueuse allée. Certain d'avoir fait le bon choix et en bon fils, Charles s'en retourne au parking. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :