• Les Rum : des sentinelles immobilières

    Si les phénomènes de migrations ont été multiples, constant, partie intégrante de notre nation, il en est certaines qui frappent les esprits par leur formes parfaitement originales. En ce sens, les termes d'installations de la communauté rum sur le territoire sont particulièrement remarquables. Si la construction de cabanes, sorte de bidonville hybride entre campement et habitation a toujours existé, les rum ont imposé ce système s'offrant comme une référence en la matière.

    Au gré de leur découverte, les communautés rum cherchent un endroit propice à édifier des cabanes que chacun auras pût apercevoir. Si quelques rares caravanes font partie du dispositif, les villages rum sont souvent bâti à partir de matériaux de récupération. Ici des bâches assurer l'étanchéité d'un toit, plus loin des palettes habilement organisées formes un réel abri. 

    Pour réunir les matériaux, les transporter, quelques rares utilitaires sinon les bras et puis les jambes : de la ville jusqu'au campement.  Depuis ce campement des premiers jours, les rum patientent, s'assurent de la viabilité du site garantie par une non intervention rapide des forces de l'ordre. Cet aspect réglementaire est le véritable outils à disposition de cette sorte d'entreprise. En effet, les règles de droit très compliquées auxquelles sont associées des situations de propriétaires qui le sont tout autant offre un temps de vacance pour une portion bien spécifique des surfaces foncières.

    Ainsi les ressorts de l'occupation d'un terrain relève bien plus du sort, des actions et projets de ses propriétaires que de ceux de ses occupants sans droit ni titre. Les raisons de cette inertie parfois longue en dizaine d'années fluctue dans le temps. Pour l'heure, les possibilités d'occupation sont plus le fait de propriétaires restant en attente d'autorisation de  construire. La présence de campement rum sur des terres peut être utilisée comme moyen de pression par tous les acteurs gravitant autour d'une parcelle.

     

    Par là, les zones urbaines en transition sont plus touchées que d'autres par la présence de campement rum comme ce fut le cas longtemps dans le secteur d'Aix Vasarely, du côté de la nouvelle salle de concert de musique actuelle. L'abnégation des rum est total quant la destruction de leur habitat est sans cesse d'actualité. Par là est mieux compris le moindre investissement dans les cabanes, dans des caravanes qui ne pourraient pas être transportée. 

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :