• Mon beau tricycle

    Mon beau Tricycle dans Prend garde au Vallon des Gardes - 1/4

    Le bruit éraillé était à présent quotidien et pourtant aucune explication. Le voisin avait cessé de bricoler il y a bien longtemps, même son auto restait au garage. Les grincements malgré tout provenaient bien de chez lui. Entre les deux propriétés une haie est sans cesse plus fournie. Et pour cause, de l'aute côté plus personne n'intervient sur les végétaux : des cyprès. Crouiccc, un dernier tour de tricycle et voila Yves rentré.

    Il ne sortira pas une de ces burettes pour graisser la chaîne. En fait le coeur n'y est plus. Pourtant il l'a aimé cette demeure bâtie à la fin des années 1950.  A l'époque Yves travaille comme ingénieur, il se livre à des calculs complexes pour le compte du tout nouveau CEA basé à Cadarache.  En dehors du travail, il aménage sa villa du Vallon des Gardes. La maison bâtie sur deux niveaux est partagée entre espace de vie à l'étage et espace atelier dans les bas. Au fond du jardin, un petit abri bricolé fait office de fourre-tout. En l'observant de plus près, on perçoit dans ses entrailles des éléments d'origine ferroviaire. Les structures sont des rails qui, posés en long, font office de charpente.

    D'autres rails plus loin, à l'extrême fond du jardin, sont disposés en tas. Il y a aussi là des traverses de bois et sous les herbes une voie ferrée entière qui semble décrire un parcours en oval. Pour Yves, le train c'est une grande passion et plus spécifiquement le modélisme. La section atelier est encombrée de pièces détachées ferroviaires au format Ho : c'est un vaporiste. Les temps libres basculent vite de l'activité maison vers l'activité rail. La Vie du rail s'entasse comme une bible au pied du lit. Même à l'étage, les wagons s'invitent, l'échelle Ho - la taille jouet - ne suffit plus. L'heure est à présent à la construction d'une locomotive au format 1/3. On pourra s'assoir dessus et en rond dans le jardin s'ennivrer de son fonctionnement.

    Les rails disposés au sol sont déja prêts à acueillir la machine. Mais au final, au dernier jour, ce sera en tricycle que Yves gavitera dans le jardin. Pour certains, il a perdu la tête vivant seul terré dans son habitation. En haut, la partie habitation est exsangue. La cuisine est sale, les murs sont gluants et la crasse partout. Le fourneau à l'ancienne devait être beau et de luxe à sa livraison aux environs de 1965. A l'époque pour Yves tout n'était pas perdu, la solitude n'était pas encore intériorisée comme une seconde peau.

    Préview - Et pourquoi pas en deux chevaux ?

     
     
     
    imagescay4ka5d

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :