• Dans les hauteurs de l'Estaque, deux petites habitations sont en ruine. Organisées sur une crête, la vue sur la Méditerranée y est imprenable. Cette vision du large est certainement ce qui a séduit la propriétaire : Madame Couche. Surnommée par certain la "poupée", cette femme avait passé une partie de sa vie aux Etats-Unis.

     

    Partis là-bas avant la seconde guerre mondiale avec son mari, elle en reviendra sans le sous ni mari. Profitant d'un marché de l'immobilier très atone, Madame Couche acquiert cette petite propriété caractérisée par la présence de deux habitations. Si la vue est superbe, l'isolement est également très important d'autant plus que Madame Couche ne dispose pas d'automobile.

     

    Retirée dans son bien, Madame Couche décède vers les années 2000. Après cela nul ne viendra revendiquer la propriété pas même un oncle d'Amérique Un incendie à finit de ruiner l'une des deux bâtisses tandis qu'un couple de sans domicile fixe roumains s'est installé dans le jardin. Ayant mobilisé une caravane laissée là, construit une petite cabane, ce couple s'est implanté de façon durable sur ce petits morceau de terre oublié.

    Chez Madame Couche à l'Estaque

    Chez Madame Couche à l'Estaque

    Chez Madame Couche à l'Estaque

    Chez Madame Couche à l'Estaque

    Chez Madame Couche à l'Estaque

    Chez Madame Couche à l'Estaque


    votre commentaire
  • Dans les hauteurs de Marseille de pierres et de garrigue, un vallon constitue un cimetière à scooter. Au nombre de trois, ces épaves de deux roues ont été précipité là il y a bien longtemps. 

    Valon aux scooter à Marseille

    Valon aux scooter à Marseille

    Valon aux scooter à Marseille

    Valon aux scooter à Marseille

    Valon aux scooter à Marseille

    Valon aux scooter à Marseille

    Valon aux scooter à Marseille

    Valon aux scooter à Marseille

    Valon aux scooter à Marseille

    Valon aux scooter à Marseille

    Valon aux scooter à Marseille

    Valon aux scooter à Marseille

    Valon aux scooter à Marseille

    Valon aux scooter à Marseille


    votre commentaire
  • Compris dans de le parc départemental de la Nègre, voici l'entrée du Domaine Jean Lemaitre. Ouvert en parti au publique, la zone s'étend sur plus de 85 hectares. Acquit à la fin des années 1990 par le Département, les terres contiennent quelques souvenirs des habitations successives telle que la ferme exposée ci-dessous.

     

    Longtemps en déshérence, le domaine est passé entre de nombreuse familles de propriétaires depuis l'éleveur de mouton Jean riper qui dès 1679 s'y établi. En 1737, la modeste ferme est transformée en bastide. Pierre Triengue laissera son surnom à la maison : le nègre.

     

    Par la suite en 1912, la famille Palombre rachète la propriété développant l'agriculture toujours avec l'aide la source des Ouïdes pour finalement la vendre en 1972 à un investisseur désireux d'y installer une ZAC. Sans perspective, cette orientation seras abandonnée jusqu'à ce que le site soit finalement cédé au Département des Bouches du Rhône.

     


    votre commentaire
  • Cette maison située à Simiane vit ses tout derniers jours d'abandon. En effet, un acheteur a réussit à dénouer l'écheveaux au centre duquel se trouvait cette maison très moderne à l'époque de sa construction. Il faut dire qu'à l'origine, le bastidon fut construit pour un couple qui ne l'a finalement jamais occupé.

     

    Pour cause, le cadeau de pierre proposé par le mari ne pouvait s'accommoder de la cécité venante de son épouse. Le décès rapide de Monsieur conduit Madame D à ne jamais céder ce cadeau. Loin des yeux, loin du cœur, la propriété fut livrée aux squatters, les années faisant, le tout fut rapidement dégradé au plus haut niveau. 

     

    Nous avions consacré un article, chronique de vie de la demeure lorsqu'elle était squattée : c'était un dimanche à Simiane.

     

     

    EPISODE I

    C'était un dimanche à Simiane.10 ans après


    votre commentaire
  • Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Joyaux agricole et Architecture pittoresque

    Très isolée, ce bâtiment à l'architecture si particulière fut jadis élément agricole d'importance.  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire