• RUMS : LE MODELE DU MINI CAMPEMENT

    Le phénomène des migrants est sans cesse d'actualité. Au-delà des médias, son incarnation la plus locale est caractérisée par l'implantation ponctuelle de campements rums. Si cette sorte d'installation avait pris des proportions importantes en terme de nombre de sites et surtout par rapport aux effectifs très importants présent sur ces derniers, une décroissance des implantation semble amorçée.

    Est-ce l'épuisement des sites ? Un phénomène de découragement ? A côté de c'est explications, la possibilité d'une adaptation des migrants se dessine. A l'exemple, le campement apparût à la fin du mois de juillet à proximité de la Résidence de l'hyppodrome, elle-même adossée à la Résidence de la Parade.

    Autour d'une maisonette quasi ruinée tagué du blaze "Tipol", seul une dizaine de véhicules constitues l'immobilier. Ici ni cabane ni porte ouverte à l'étranger qui passe, fusse-t-il un compatriote. Plus minimaliste, ce mini-campement très visible de la route à plus des airs de camping très très roots que l'allure des dispositifs organisés en bidonville devenus classiques.

    Toujours en place, le mini-campement semble ne pas vouloir croître, comme une forme de réponse aux abus manifestes des campements qui furent installés Chemin de la Vierge noire (voir notre article) ou encore quartier des Trois pigeons à Luynes.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :