• AIX SUD : BONHEURS DE PARTICULIERS V/S POLYCLINIQUE

    Tandis que le parc immobilier médicalisé aixois est en pleine recomposition, c'est l'effervescence dans les campagnes. Pour les uns cette redistribution des patients, l'anticipation de générations futures dépendantes est une aubaine tandis que pour d'autres ce mouvement représente une menace lance une fronde. Dans cette perspective, les "amis du Montaiguet" réunit en ce mois de juillet à la Bastide de la Félicité pestent contre l'édification programmée d'une Polyclinique dans leur secteur.

    Autour d'un verre, les participants s'accordent sur l'impact négatif du projet. Les nuisances sont extraite, sorties des blogs et egrennées les unes après les autres. En ressort une vision apocalyptique de l'environnement, du milieu de vie promis par les différents partenaires sur le coup de "l'opération Montaiguet". Les rangés d'arbres bordés de champs ne seraient plus présentes que part îlot organisé : relégué au simple rôles de figurantes. Les bastides resortiraient comme des phares pour automobiliste...

    0

    Ainsi, le vague du terrain des Malouesses, ses echos de motocross était un bel écrin pour les propriétés avoisinantes. Au-delà, l'utilisation du secteur à des fins de commerce médical pratiqué en masse symbolise la mutation en cours dans une zone comprise entre les Quartier de Valcros et du Pont-de-l'Arc. En quelques sorte, l'urbanisme s'invite dans les arrières-court puis jusqu'aux entrailles des propriétés. Si le combat des "Amis du Montaiguet" peux s'objectiver comme un simple regroupement d'individus soucieux de conserver une qualité de vie acquise, leur action pousse à questionner la finalité des programmes d'urbanisation en cour. Le quartier du Pont-de-l'Arc, recemment dépeint dans la Provence comme un "quartier commerçant attractif", perdra-t-il sont âme de hameau dans cette aventure ?

    L'installation du CREPS, une boite de nuit et à présent un acro-branche auraient pus à terme sceler le destin du quartier : sauvé dans une niche à base de petits commerces et d'activités de loisir. En retour de ces choix, un faible impact sur l'environnement ou au moins l'impression d'une osmose paysagère entre équipements relief et végétaux. Le fond de chaque rue du Pont-de-l'Arc peux être un magnifique belvédère sur la Belle endormie. Oui mais pour combien de temps s'inquiète se joggers riverain ? Comme dans une ville de Lucky Luke, le Pont-de-l'Arc se caractérise par un regroupement des bâtiments à usage commerciaux dans les rues centrales. De concert, l'urbanisation est plus discrète au-delà de la rue centrale, dès que l'on s'enfonce sur la terre d'un chemin de traversse.

    00

    La mise en aire urbaine réalisée par touche laisse entrevoir de beaux restes romantiques. La halte du cycliste au Pont-de-l'Arc est comme une surprise tant les lieux traversés aux abords sont encore enchanteurs. Le site de la Polyclinique cristalise les peurs de voir le paysage immédiat, "le chemin que l'on aime bien" corrompu par le jeu des norme urbaines. Au devant de la clinique, un "rond-point de fluidification" est prévu et avec lui un encadremment plus stricte de la chaussé, de ses abords. Une fois installées, les bornes du rond-point, les peintures aposées sur l'asphalte pour signifier des voies d'insertion représenteront autant de valeur et comme un aimant pour les investisseurs.

    Comme tout au long de la Petites Route des Milles - du côté de la fourière et de la CAF -, le réseau routier du Pont de l'Arc et ses alentours tend à devenir une zone d'activité diffuse présente bien au-delà de ses limites historiques. Cette situation est endémique sur la route des Milles qui devient à chaque instant plus urbanisée. Si les constructions envisagées ou réalisées sont des logements, l'impact final est identique : une installation du "foncier utile dans les arrière courts". Ainsi, le secteur d'aix sud est en proie à un processus de rationalisation de l'espace. En ce sens, il importe de dégager l'utilité, le rendement atendu pour cette périphérie urbaine. Doit-on, pour protéger l'écrin de quelques bastides, renoncer aux sirènes du développement ?

    000

    A n'en point douter leurs habitants réunis en association portent par le prisme de leur problème particulier une lourde question : celle d'une asphixie programmée de la cité aixoise. Sans verser dans un apocalypse chlorophylique ou dans l'apologie écologique, la ville pour rester ville ne saurait se passer d'une zone singulière. Sans celle-ci, nul limite n'est enviseageable entre les aires urbaines, entre les rues et les routes, entre les zones d'activités et les zones de rien. En bon gardiens, parfois zelés parfois absents, les habitant des zones de rien, là où les rapports ne sont que d'ordre non marchand, patientent esperant demeurer à l'avenir dans un cadre identique.

    Là ou le marcheur croque une pomme, là où tous les soirs des amoureux se retrouvent, là où ont ramassent des escargots comme autant d'espaces dans ces zones de rien. Le promeneur domine tant qu'ils peux l'espace, il jouit au gré des cloture, contraint par les portail mais il jouit encore humant le gout de l'été provençal. Au dehors : c'est la ville de tous les jours et ses services en masse, ses trotoires droits et ses feux tricolores : un autre protocole.


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :