• HYPPIES, 1970 LE DEBARQUEMENT A AIX

    Du Festival Pop' au Concert inninterrompu de Saint-Pons

    A chaque époque, les rassemblements organisés autour de l'Art ont suscité des questionnements, des réserves comme de l'enthousiasme. Loin de laisser indifférent, la faculté des artistes à capter l'attention, à réunir une masse importante de population puis à diffuser un message intéresse les entrepreneurs moraux de tous bords. En sus, l'organisation de concerts, la spéculation sur l'Art peuvent être générateurs d'importants profits en terme financier.

    Le début des années 1970 est marqué au niveau musical par l'emmergeance en France des sons venus d'outre Atlantique. Comme les anglais de Spiral Tribe ont importé la Techno, le principe des Raves en France au début des années 90, la pop' musique s'incruste en France avec le format inédit du festival. Les débuts du mouvement sont marqués, comme pour la techno, par une clandestinité des évènerments. Les bourgeois ont peur de voir arriver ces hyppies , d 'être amené à coller, sur des avis de recherche, la photo de leur enfant. Comme à l'Ile de Wight, des festivals sont programmés à partir de 1970 en France. La déconvenue est souvent au rendez-vous pour les spectateurs, les organisateurs devant les refus d'autorisations administratives.

    Comme le fut celui de Biot, de Saint Raphaël ou encore de Valbonne, le Festival pop' prévu à quelques kilomètres d'Aix-en--Provence pour le wee-kend du 1ier août 1970 est menacé. M. Ciccoloni, maire de l'époque refuse de sursoire à l'arrêté municipal  - 20 juillet 1970 -  qui interdit le Festival. Pour ce dernier, l'évènement musical outre le fait  de présenter des risques en terme de sécurité ne serait pas "compatible avec la clientèle du Festival de musique classique d'Aix". A l'occasion d'une interview accordée au Journal Le Monde - Le Monde édition du 1ier août 1970 - Monsieur le Maire précise la gêne occasionnée par le "débraillé de certains jeunes", les problèmes de cohabitation entre "les personnes qui vont aux spectacles du Festival international de musique d'Aix  qui s'habillent bien (...) et les personnes qui fréquentent les rassemblements pop' qui s'habillent avec laisser-aller".

    Le Général cultive les ambiguïtés,  ici avec Chico du Magnetic Band à son arrivée au Festival

    En bon organisateur, l'étrange Général Claude Clément organise sa défense. Il connait son affaire le Général, depuis les FTP de la France Libre en passant par les rizières d'Hoa-Binh en "Indo" jusqu'aux oueds algériens, ce dernier fut de tous les combats mais aussi de toutes les fêtes à l'image de celles organisées par celui que Delattre de Tassigny surnomait "mon accordéoniste" sur la Base militaire de Colomb-Béchar en Algérie. Pour le Général l'heure de la démoblisation n'a pas encore sonnée. Se démenant, le stratège spécialiste en festivité active son réseau, notamment Valéry Giscard Destain, Président de la Comission des finances à l'époque. Dans le camp d'en face, le Maire est encouragé, notamment par le très puissant Mr Bertrand, directeur entre autre du Casino d'Aix-en-Provence et du feu Grand hôtel thermal du Roy René.

    Règlement de compte à OK Choral

    La friction qui n'en finit pas de remonter finit en combat diplomatique. Le Maire d'Aix-en-Provence se débarasse finalement de la patate chaude lorsque le Festival est transformé en "concert ininterrompu". Le fond reste le même mais la forme dégage la Mairie de toute responsabilité. Pour le Général, c'est la victoire tous comme pour les "industriels parisiens" qui d'après le Canard enchainé - édition du 5 août 1970 - organisent depuis les bureaux de Bruno Coquatrix - Salle de L'Olympia -  le Festival  pop' de Saint Pons.

    En bon chef de troupe, le Général ne manque pas  de recruter un service de sécurité à la hauteur. Pour cette mission de surveillance, le Général mobilise de "vieux potes" : d'anciens commandos, d'anciens légionnaires parfois membre du SAC. L'un des leader du SAC à l'époque, Patrice Chairoff envisage pourtant - à l'occasion d'une interview accordée au quotidien Libération - "l'internement des gauchiste dans des stades". Peut être le temps des grandes manoeuvres est-il arrivé ? 

    Le Général cultive les paradoxes, servant aux hyppie un cheval de Troy à la provençale tout en renforçant ses liens avec l'extême droite post Algérienne en pleine gestation. Pour exemple, les hommes affectés comme secouristes n'hesitent pas donner de la matraque notamment pour contenir l'assaut d'une centaine de resquilleurs au cour du week-end. En sus, les membres du très à droite groupe "Occident" sont présent, éparses prêt convertir ces ouailles égarés, aidé par les forces psychédéliques. En reste pour le dernier carré de fidèle du Général, l'honneur d'une dernière mutinerie. Les forces de l'ordre sont en effet absentes du site à l'exeption "de deux inspecteurs des R.G, déguisés en hippies qui se faisant repérer se retirent dignement'" -  Le Canard Enchainé, édition du 5 août 1970.

    Les festivaliers font une pause Cours Mirabeau

    La fête bat son plein forte de 10 000 festivaliers - 25 000 à 30 000 personnes sur les trois jours -  et demeure ininterrompue de l'ouverture par le groupe Triangle à la cloture, avec entre autre Léonard Cohen, Nynastie Chrisis, Charlie Mac Koy, Les Majority One, Jonnhy Winter, Le Magnetic Sand, Les Mungo Jertry, Les Edosséum mais aussi les bains de boues du Dimanche après-midi. Le Général se réjouit de la venus de "ces hommes soucieux de leur liberté et de la paix des autres" mais ne fait pas étalage de ses convictions brunnes. Comme en témoigne ce film tourné durant le Festival - ,http://www.ina.fr/art-et-culture/arts-du-spectacle/video/LXC9706094259/le-festival-de-pop-music-d-aix-en-provence.fr.html - les artistes se succèdent tandis que les jeunes reproduisent les rêves de boue, de baisés, de liberté venus de l'île de Wight. Au lendemain du lendemain, les jeunes emportent le goût de l'été provençal au quatre coins du pays qui en auto-stoppe qui en train. 

    Bain de boue du dimanche après-midi
     

  • Commentaires

    1
    Johanna
    Samedi 4 Juillet 2015 à 22:59
    Bonjour, Je suis étudiante en master d'histoire à l'Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Mon sujet de mémoire porte sur les premiers festivals de musique pop en France. Je voulais savoir si vous aviez participé au festival d'Aix. Si oui, accepteriez vous que je vous pose quelques questions ? votre témoignage serait précieux pour ma recherche. Je me demandais aussi où vous aviez trouvé les photos dans votre article. Je vous remercie d'avance, Johanna AMAR amar.joh@gmail.com
      • meliflore Profil de meliflore
        Jeudi 27 Août 2015 à 13:38
        Bonjour Johana, Le Festival de Saint-Pons ressort comme l'un des premiers évènements de ce format organisé en France. Bien trop jeune je n'y ai pas participé aussi mon article s'appuie t-il sur les documents d'archives notamments des médias. En sus, la complexité, la taille de l'évènement a laissé de nombreux souvenirs aux riverains pour certain encore basé à proximité du site de cette fête. ++
      • DAEMS Rosine
        Vendredi 15 Septembre à 00:18

        Johana , 

        En temps que propriétaire du DOMAINE DE ST PONS je peux vous communiquer toutes informations qui pourrait  aider votre recherche 

        Cordialement

        Rosine DAEMS 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :