• PELERINNAGE ALL INCLUSIVE A TRETS

    Il est des campagnes alentours d'Aix-en-Provence dont l'exotisme force à rendre le contenu. Non loin de Trets, sur l'ancienne route principale de desserte de ce village, une propriété fait régulièrement l'actualité des locaux comme celle de visiteurs beaucoup plus lointain. Le Domaine des Forges, centre pédagogique du puissant groupe Soka Gakkai, ne laisse pas indifférent. En effet, sa construction débutée à patir de 1977 sur les restes d'une propriété qui fut viticole est pointé comme l'un des éléments du dispositif commercial de Soka Gakkai.

    trets

     

    Ce patronyme oriental gravé dans un bout de marbre à l'entrée du domaine est issu du nom d'un groupe religieux japonnais épinglé à trois reprises par les parementaires français comme relevant d'un mouvement sectaire. Présent dans plus de 120 pays, le groupe d'inspiration boudhiste pourrait être assimilé à une forme dissidente de cette religion. A l'appuie, la mise à l'écart de la "Sokka"par les instances boudhistes officielles présentes en France. Si dans les rites, dans les comportements prescrits par les hauts dignitaires de Sokka, les mantras, les récitations de châpitres du Lotus ne manquent pas, les mécanismes de captage de finance auprès des adeptes sont tout aussi présents. 

    A Trets, "le centre pédagogique" a pour fonction d'acceuillir les GA - gentil adepte - pour des séminaires. Comme des étapes, les séjours marquent pour le participant de son degré d'implication dans le mouvement et signifie de sa position au sein de la hiérarchie. Dans le même temps, le participant devra prévoir un iportant effort financier pour accéder aux prestations incluses dans les programmes des séminaires. Ainsi, tout au long de l'année, les "pélerinages maisons" s'enchaînent au Domaine couvrant le vaste parking d'autocars, de véhicules particuliers venus de toute l'Europe. En sus, de nombreux japonnais vivent également le voyage à Trets : comme l'apogée de leur union à "Soka".

    Il ne s'agit pas de proposer aux GA un plan camping ou macramée ni de dormir avec les bêtes sous les tuiles moussues d'une bergerie mais plutôt de suivre des conférences, de répéter des mantras à l'abris de l'exterieur dans une structure toute hotelière et particulièrement privative. La voiture suit la pente de l'accès bétonné à grand frais et serpente dans les terres du domaine devenu parc. Bien paysagé, arborhé à foison, la retraite provençale des Soka peut être classée parmis les beaux domaines provençaux. Sur le petit chemin, le visiteur est pré-conditionné par le vaste de l'espace. Plus haut sur le plateau, la route finit en un plat, en parking, en places.

    La salle de conférence brille de son verre et impressionne par sa taille municipale. De même une statue placée au centre achève de construire l'illusion d'un cadre commun. Sur le même plan, bien intégré au paysage, le bâtiment principal est fort de chambres par centaine. Seul l'enseigne manque pour croire à un hôtel côquet discret ou à un centre de vacance pour CE de luxe. Dans les faits seuls les GA pré-orientés vers un stage pourront accéder. Plus loin dans l'hôtel, la receptionniste sussure le récit de textes interiorisés comme sacré. Quelques objets derrière le comptoir sont tapissés de papiers aux motifs des phrases récitées.

    Présent sur Trets depuis 1975, ce satellite de la "Soka" n'a cessé d'étendre son emprise foncière jusqu'à s'imposer comme l'édifice le plus vaste du secteur : large point depuis GoogleHeart. Depuis l'établissement, caractérisé par l'achat du domaine des Forges par la Soka auprès de la Mairie de Trets - par l'entremise du maire de l'époque : Jean Féraud - jusqu'à la fête "traditionnelle de fin d'année" organisée par le maire actuel - descendant de Jean Féraud, Jean-Claude Féraud - à la salle de conférence chez les Soka, les représentations du site oscillent entre dénonciations d'une présence sectaire et indifférence calculée. Peut être dans cette dernière équation la mise en balance du poids économique de la structure  est-elle mise au carré. Le miracle financier des Forges est, à l'image de celui accomplit au Château des Roches à Bièvres, du reste une ancienne demeure de Victor Hugo, rendu possible par une rationalisation à marche forcée des sites. La Société européenne de restauration et de service, filiale de la Soka Gakkai, développe des activités à la marge : entre hôtellerie et sermon, entre sauvetage des âmes perdus et prestation hotellière. Forte de sa puisance mondiale, l'organisation se livre à un dispatching original de sa clientèle dont le degré d'adhésion produit des captifs.


  • Commentaires

    1
    Gallil
    Samedi 11 Septembre 2010 à 09:52
    Votre article est totalement dénué d'objectivité et d'esprit de recherches.
    Jamais la Soka ne demande quoique ce soit aux membres! Je sais de quoi je parle et jamais personne ne m'a poussé à y rentrer. Depuis plus d'un an je pratique en totale liberté et la seule monnaie que j'ai laissé à l'association est le montant de 10 ¤ pour un livre de 400 pages ainsi que 17 euros pour un chapelet et un recueil de prières!!!
    Renseignez-vous avant d'étaler sur votre mur des racontars sans que ce ne soit fondé sur quelque chose de prouvé et vérifiable.
    Votre colère ou votre besoin d'attirer l'attention sur vous n'excuse en rien votre attitude mesquine qui vient de cracher sur plusieurs centaines de milliers d'adeptes partout dans le monde!
    Et enfin, sachez que le bouddhisme de Nichiren Daichonin est reconnu dans le monde entier comme étant une véritable religion à part entière sauf en France!

    Revoyez vos notes ou ouvrez mieux les yeux la prochaine fois.

    A bon entendeur....
    2
    meliflore Profil de meliflore
    Samedi 11 Septembre 2010 à 19:20
    Comme chacun le sait la Soka est repertoriée comme secte en France or l'article traite bien d'une de ses implantation sur le territoire français...A vous de voir...A ce propos, la Soka figure comme de juste dans le rapport gouvernemental recensant les sectes, voir ce lien : http://www.prevensectes.com/soka.htm.
    3
    violette
    Jeudi 4 Novembre 2010 à 17:49
    J'aimerai savoir d'où provient l'argent pour acheter ces vastes domaines, Bièvres, Trets et les locaux près de l'Opéra à Paris, sans compter ceux que j'ignore.
    4
    l'investigateur
    Samedi 25 Juin 2011 à 02:18
    "FAUT".... la liste des des sectes a été, je cite: "abandonnée en 2005 en raison de rapport contradictoires, et/ou de liste controversée"...
    De plus en ce qui concerne la "soka gakkai" en particulier, suite à une enquête national réalisé par les services de police, en collaboration avec la gendarmerie, et les renseignement généraux. je cite... :
    Dans une lettre datée du 23 décembre 2003, M. le Ministre de l’Intérieur et des Cultes clarifie la situation en constatant l’absence de contrariété à l’ordre public de la Soka Gakkai et ses activités : « Je vous confirme qu’aucune dérive sectaire n’a été constatée dans les activités de la Soka Gakkai en France par les services de la police et de la gendarmerie nationale »

    Ni l'article présent sur ce site , ni les remarques de "meliflore" , ne sont donc plus fondées, et ceci depuis 2003. Vue que les articles cités par meliflore ou celui qui a écrit ce post, on une date de sortie antérieure a ceux que je cite...
    il faudrai ce tenir un peut au courant, au lieu d'allé chercher des preuves dans le passer lointain, ou, en déformant gravement la réalité...
    Si non, à ce compte là, moi je dit que le droit de gréve est interdit... il y a un article de lois de 1700 qui le dit...:-)

    Je pense donc que ces propos sont surement écrits par une personne non renseignée, ou pire, par une personne qui a tout simplement peur de l'inconnue, comme 40% des Français... et que le changement et la nouveauté dérange ... :-))

    Merci d'éviter d'écrire comme cela vient, sans réfléchir ni vous documenter, en espérant que la vérité n'éclatera jamais, ou que personne de véritablement renseigné ne lise vos articles...

    bonne nuit.
    5
    sylvain
    Lundi 8 Août 2011 à 18:58
    Il y a suffisamment d'éléments dans l'idéologie et la structure de la soka gakkai pour la désigner comme secte. Que ce soit au niveau de la croyance, mais aussi de la structure pyramidale qui concentre tous les pouvoirs entre les mains d'un seul homme ce qui lui donne un poids énorme sur le jeu politique japonais. Cela permet aussi à ses équipes de lobbying de lui acheter des personnalités, ce qui explique en partie sa fabuleuse collection de titres honoris causa qu'agite ensuite les GA comme preuve de son grand "humanisme". Plus il a d'adeptes plus ce poids financier et politique augmente. C'est le seul danger, a part ça les pratiquants ne sont pas méchants, juste un peu naîfs... Par certain cotés, ils ressemblent à des témoins de jéhovah en version oriental... l^^
    6
    coolmb
    Lundi 6 Février 2012 à 15:36
    mon cher gallil, si la soka ne vous a encore rien demandé, c'est que vous êtes un bien jeune adepte. D'autres membres justifient les appels aux dons qu'ils reçoivent par courrier plusieurs fois par an. La soka est suffisamment influente pour que ces dons soit déductibles des impôts, ce que peu de gens savent en France. Quant au fond, je pense qu'une publication récente donne bien les raisons d'adhérer et les riques inhérents à cette adhésion. http://evasso.wordpress.com/2012/02/03/la-soka-gakkai-un-mouvement-sectaire-protege-par-letat/?like=1
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :