• RUN AWAY AVIABLE A ROUSSET

    Comme de juste, ces quelques parcelles de vignes sont pourvues d'un cabanon. A la façon d'un nid, c'est brin par brin que le cultivateur a édifié la chose. Hier lieu de labeur, antre des outils agricoles, l'homme a su au fil des années s'émanciper de son métier de vigneron. Au détour des générations, le principe du loisir s'impose comme un rituel, une récompense pour le travail fourni.

    A la tâche, le vigneron meut les fenestrons en baie vitré, échange le foyer au sol contre les étincelles d'une cheminée. Du statut de travailleurs, les amis deviennent des invités qui pour certains s'impatientent des apéros au cabanon. En arrière-plan, le son de l'autoroute fut difficile à apprivoiser. Le monstre posé au bout des rangées de vigne était comme le point noir sur un visage de poupon.

    Du reste, chacun finit par s'accoutumer à cette mélodie interurbaine jusqu'au jour où le sinistre nouveau tomba. Bientôt la chaussée sera doublée, la proximité avec le monstre renforcé. Le chantier avançant ce ne sont plus que des passagers clandestins qui passent ici en after plus tard pour une fin de dimanche après-midi.

     

    photo 1597-web

     

    photo 1603-web

     

     

     

     

     

     

     

     

    photo 1602-web

     

     

     

     

     

     

     

     

    photo 1600-webphoto 1601-web

    photo 1599-web 

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :