• DEMENTELEMENT DU CAMP DES GENS DU VOYAGE A VAZARELY

    La frontière ferroviaire entre le campement et le reste du monde
    L'une des caravane à évacuer
     Personnel se rendant à son véhicule de déblaiement 
    Force de l'ordre présente sur le site du campement
    Véhicules de voirie en attente pour dégager le site
    Le petit tunelle obstrué donnant accès au campement

  • Commentaires

    1
    Zilvia
    Vendredi 27 Août 2010 à 00:33
    merci simon pour l'info et merci nico pour m'avoir passer l'adresse du blog.
    je n'étais pas au courant de l'existence de ce site à Aix, je viens de voir l'article sur la provence du 20 août.
    Ce qui se passe dans l'actualité de ces deux derniers mois est indigne d'un pays qui prétend être républicain, le pays de droits de l'homme, de la révolution et du blablabla ! Ce qui m'énerve énormément est de savoir parfaitement que ces expulsions ont toujours eu lieu depuis au moins 3 ans et surtout pendant l’été, aussi bien que les retours humanitaires ou les reconduites à la frontière. Le nombre de roms migrants en France n’a guère changé depuis. Et les noms de famille sont toujours les mêmes. Si je ne le savais pas, alors j’aurai pu être bien choquée et échanger deux mots autour d’une bière sur ce qui se passe, balancer les gros mots « c’est aberrant, sarko est raciste, au gouvernement on a que des fascios » etc. On oubli de dire que les directs intéressés, les roms à l’occurrence, ne sont pas des demandeurs d’asile, des persécutés, des misérables ou je ne sais pas quoi. Ils sont avant tout des migrants, qui sont ici pour faire de l’argent, qui trouvent que vivre dans la misère dans des squats pour quelques temps, voire quelques années, est plus intéressant que rester chez eux, dans la mesure où quantitativement faire même 20-30 euros chacun par jour en faisant la manche est mieux que n’avoir rien. Au contraire, ça donne même la possibilité de mettre de côté, quand plusieurs personnes de la famille ramènent les 20 euros par jour. Pour ne pas parler de ceux qui trouvent leur business dans la revente de fringues et d’un peu tout dans les marchés, ou dans la revente de métaux chez les ferrailleurs. Ou aussi dans le commerce de voitures entre pays, dans le cambriolage ou l’escroquerie. Les fourbes et les voyous sont en fait parmi les français, les italiens, les chinois, les arabes et les roms aussi !
    Ils reviendront toujours, tant que ce pays est plus riche, plus consommateur et plus facile à vivre que le leur.
    Ceci dit, la médiatisation actuelle de ces expulsions est une arme à double force : d’un côté ça fait enfin réveiller la « société civile » sur ce qui se passe sous son nez, à l’occasion même des hommes d’église se rappellent que les soi-disant « pauvres gens misérables» sont tous chrétiens (catholiques, orthodoxes ou protestants) et qu’il y en a même pas mal qui vivent dans des conditions comparables aux bidonvilles marseillaises des années post-guerre ou des périphéries brésiliennes.
    De l’autre côté les discours des ministres et du président se livrent à un populisme dangereux, dans la mesure où ce discours anime la peur et la méfiance séculaires envers ceux qui demeurent des inconnus. C’est quoi le prochain pas ? Il nous ne reste qu’à voir que des « rondes »de simples citoyens, au nom de la sauvegarde de la sécurité collective, vont donner main forte aux forces publiques dans la chasse à ces éternels indésirés. C’est ce qui s’est passé chez le pays voisin il y a 2 ans.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :