• Issolée sur une route de moyenne montagne, cet établissement n'a pas vu de client depuis fort longtemps. Placé au bord de la route, l'hôtel-restaurant ne souffre pourtant pas du manque de visibilité. Quant au cadre rupestre : il est de qualité. En contre-bas coule une rivière tandis qu'aux arrières un petit bois monte vers les cimes.

    Fondé dans les années 1950 par un couple, les affaires y sont alors florissantes. Dépourvue d''autoroute, c'est par les nationales que les déplacements se font au travers de la France. Dans le même temps, les parcours effectués sont plus chronophage faisant le bonheur des hôteliers bien placés.

    Le soir, dans la grande salle, Simone sert une cuisine familiale. L'hiver c'est petit salé aux lentilles les jeudis, côte de porc les lundis. En été, avec les touristes, la carte s'étoffe plus frugale. Quelques autobus font halte profitant à l'occasion des chambres disposées dans les étages.

    Tandis que les voitures filent dans la nuit, le repas se termine. Petites table carrés et nappes vichy bientôt se vident. Les patrons vont enfin pouvoir manger avec leur petite filles. Attablée dans l'arrière-cuisine, la petite famille dine à présent lorsque des coups de klaxon se font entendre. Le père de famille sort devant sous le hall où quatre pompes à essence constitues la partie station-service de son établissement. Rouge de confusion, un conducteur s'avance tous juste sorti de sa Renault 10 qui fume à qui mieux mieux.

    Le patron propose de regarder un peu puis décrète que ce seras pour demain. La voiture est poussé sur le côté de l'habitation annexe voué à l'habitat des patrons. Bien heureux, l'homme en panne peu taper dans le frigo sous le contrôle de Simone puis profiter de la seule chambre encore disponible à l'étage.

    Dès 7 heures, le petit déjeuner est servi et très vite seul reste à l'hôtel l'homme en panne qui reste impatient devant son véhicule. Le patron a revêtu son droguet aux armes d'Agip puis regarde, essaye, ausculte le moteur pour finalement rendre son verdict. Le joint de culasse est HS. L'homme en panne encaisse puis finalement demande à être conduit vers la ville pour prendre le train. Sur la route avec Marcel, le voisin taxi à ses heures, il évoque les futurs réparations de sa voiture, son séjour prévu en Avignon chez sa sœur Berthe.

    Finalement, l'homme en panne ne reviendra jamais chercher sa voiture restée là depuis. En ce milieu des années 1960, la petite fille est devenu une ado, interne au collège la semaine, serveuse au restaurant le weekend. Les années succèdent aux années marquées par les saisons. A l'été le flot des clients d'un jour, le discours pestant des chauffeurs d'autobus, les baignades à la rivière. A l'hiver le froid rugueux qui remonte de la rivière, les hommes en pannes sauvés de la rigueur hivernale.

    A la fin des années 1980, les clients se font rare tandis que l'hôtel se fragilise, devient obsolète. En ces temps là nul plus-value n'est envisageable pour un contexte par trop désuet. Aussi, les factures de travaux s'accumulent tandis qu'un à un les éléments se dégradent. Finalement, l'activité est stoppée. Très vite les pompes à essences disparaissent, l'hôtel, le restaurant sont exsangue fréquenté par des clients livrés à eux même.

    Hôtel restaurant vestige des années folement routières

     

    Hôtel restaurant vestige des années folement routières

    Hôtel restaurant vestige des années folement routières

    Hôtel restaurant vestige des années folement routières

    Hôtel restaurant vestige des années folement routières

    Hôtel restaurant vestige des années folement routières

    Hôtel restaurant vestige des années folement routières

    Hôtel restaurant vestige des années folement routières

    Hôtel restaurant vestige des années folement routières

    Hôtel restaurant vestige des années folement routières

    Hôtel restaurant vestige des années folement routières

    Hôtel restaurant vestige des années folement routières

    Hôtel restaurant vestige des années folement routières

    Hôtel restaurant vestige des années folement routières

    Hôtel restaurant vestige des années folement routières

    Hôtel restaurant vestige des années folement routières


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique