• MONTAIGUISTE : DU GAZOGENE AU CAYENNE

    Pour celui qui passe dedans, le traverse, l'experience peut se résumer en une visite d'un paradis : sorte d'Eden pour aixois embourgeoisé. Au romantisme des lieux, à la coqueterie des maisons dissimulées en pinède s'oppose le coût indécent des pierres taillées en habitations. En quelques dizaines d'années, le Montaiguet a vécu un processus de rationalisation finalement limité par la résistance de certains, par l'impossibilité de monter là-haut des quantités d'eau suffisante pour achever de lotir la colline.

    Du chemin de la Guiramande moderne et asphalté qui sillone le massif tout au long, depuis le Pont-de-l'Arc jusqu'à Gardanne, à la piste défoncée d'hier : tout à changé. Au début du siècle, seule les fermes de la Chaufrette et de la Bastidasse engendraient le passage de véhicules mues par la seule force de l'animal. Quelques aixois débarqués du tramway à la station du Pont-de-l'Arc venaient passer un weekend, une semaine de repos, improvisant pique-nique et potager dans le cadre de petits cabanons devenus pour certains de véritables habitations. Comme une exeption, la famille Coussinier venue de Marseille et tenant des origines aixoise se rend dans sa campagne chaque weekend.

    -

    Le père de famille expert immobilier entreprend d'initier ses deux enfants aux joies de son fief aixois. La propriété reçue en héritage est prénommée en toute simplicité le "Montaiguet". Celle-ci comprend de vastes terres situées sur le plateau comme un belvèdère sur la belle endormie. La demeure tranche avec les habitats voisins alors tout en cabanon. Il faut dire que les Coussinier jouissent de moyens importants s'imposant de la sorte comme la représentation bourgeoise dans ce qui est encore un microcosme rural. Cette ruralité est bien connu de la famille Coussinier qui possède, outre sa bastide vielle d'au moins deux-cent cinquante ans, la ferme de la Bastidasse qui constitue à n'en point douter l'un des plus vieux bâtiment du massif.

    Située à quelques centaines de mètres de la maison familiale, l'exploitation fut à la fin du 19ème siècle destinée à l'elevage de moutons puis utilisée comme maison pour le gardien des Coussinier. Ce dernier d'origine espagnol avait la lourde responsabilité de veiller à la propriété tout au long de l'année, de nourir Fils du ciel, le superbe cheval acheté pour faire des enfants de bons cavaliers. Pour ces derniers, les activités, les petits camarades ne manquent pas. Il s'agit alors de courrir à travers les collines, de construire des cabanes ou de se réunir dans la vielle borie chez Escaffre. Parfois l'été venu, les garçons file à travers champ, parfois encore planté de vigne, vers le quartier de la Cible pour une baignade dans l'Arc.

    - -

    Jusqu'en 1920, les visiteurs ne peuvent espérer echapper à la rude ascension de la piste toutefois, passé cette date, chacun garde le secret espoir de croiser la jolie traction de la famille Coussinier. Si les habitants des cabanons sont pour la plupart de modestes aixois, la richesse des Coussinier n'altère pas le sentiment de proximité tissé entre les montaiguiste. Autour des beaux massif planté d'exotique essence, Jeannot et Césarine retrouvent leur camarade pour une bonne partie de croquet. Les parents eux rêves à la modernité, aux plaisir bourgeois, dans ce sens un terrain tennis est rapidement édifié. La deuxième guerre mondiale entraîne une rarefaction des visiteurs malheureusement occupés à survivre. Les Coussinier continuent leur pélerinage contournant la pénurie d'essence par l'utilisation d'un véhicules gazogène alimenté par du bois de chauffe. Le père de famille inquiet et soucieux de conserver une grande autonomie fait creuser de nombreuses citernes en complèment de celles déjà existantes.

    La demeure est égallement équipée d'une sorte de tour qui fait office de vigie dans le cadre de la lutte contre les incendies. Cette attention correspond à la mise en service du téléphone chez les Coussinier à qui l'on attribue le numéro 354 qui correspond au nombre total des abonnés sur la commune d'Aix-en-Provence. En cas d'incendie, les pompiers uniquement volontaires ne peuvent compter que sur la famille pour donner l'alerte et ainsi enclancher le tocsin véritable appel aux courageux. Des feux, des incendies il y en a eu pour chaque decennie avec parfois des effets particulièrement dévastateurs. Chacun tremble de voir sa demeure détruite d'autant qu'en théorie la reconstruction n'est pas autorisée. Profitant d'un splendide isolement, certains s'affrfanchirons de cette règle reconstruisant pierre par pierre leurs cabanon.

    - - -

    Dans les années 1950 une 402 bleue vient compléter le parc automobile, celle-ci doit comme la traction des Coussinier attendre au passage à niveau que Madame la gardienne ouvre un à un les portails protégeant le passant de la puissance des trains. Comme une frontière, la garde-barrière receuille, écoute, raconte la vie des un, des autres, la sienne tentant de vivre sa condition dse veuve à la charge de deux enfants dans les meilleurs conditions possibles. Le chien des Coussinier : Sultan n'est plus qu'un souvenir au sortir de la guerre, dans la colline quelques conflits émaillent le quotidien qui de réclamer un droit de servitude, qui de s'opposer à la transformation d'un cabanon. Une vague efface les liens, les attaches rendant obsoléte l'équilibre social romantique aquit.


  • Commentaires

    1
    sempreprovenco
    Mercredi 18 Août 2010 à 21:16
    merci pour cette page d'histoire sur une partie de montaiguet !
    à bientôt au val st andré !
    bonne soirée !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :