• PIANO DEMOBILISE PALMIERS AU VENT

    Sur les hauteurs aisées de Marseille, une impasse en goulet entre les propriétés puis une petite place. Quelques riverains qui vont et vienent entre exercice de notabilité et vie communale. Dans ce panorama, les demeures coquettes brillent de toute leur années servies par d'agréables jardins.

    Pour la maison au portail fendu par une végétation des plus agressive, les soins ne sont plus dispensé. Fint les délicatesses aux bégonias, le lustres des laitons en lanterne. Abandonnée par ses maîtres, la demeure finit de vomir les restes de son mobilier tandis que des visiteurs tente de dresser ce mutant urbain.

    Un groupe d'artistes installe quelques statuts au-devant comme pour leur rendre liberté puis entreprend un chantier de peinture dans l'intérieur ravagé par les tags. Le vieux piano comme table de travail puis quelques couches de blanc. Des jours, des mois puis plus rien.

    Plus tard malgré la pluie Zlavek apprécie le confort attablé près des reste du piano.

    ze piano
    yo
    vers les hauts
    vers la cuisine déséquipée
    vase
    table aux pieds de vignes
    pharéus
    porte condanée
    portes internes
    remuglon
    serre ouverte
    sympa la lampe bleue pour les cintres
    palmier intègre dubitatif sur son sort
    mouvement d'artistes
    mémo
    ici c'est marseille
    dark rest room
    circuit
    bibliothèque zazen
    bien à l'abris je regardais parfois par les raies du store celui du petit couloir
    blaze
    bucher
    chanbre 4

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :